Accueil
Châteaudun | L'émotion grandeur Nature
RETOUR

Un riche patrimoine religieux

 

Châteaudun a connu une très forte implantation religieuse jusqu'à la Révolution. La ville était alors composée de sept paroisses et accueillait pas moins d'une vingtaine d'églises et de chapelles dont une abbatiale, une Sainte Chapelle et une chapelle templière. Malgré la disparition au fil des époques de certains édifices plusieurs belles églises et chapelles sont encore visibles de nos jours.

 

L'ancienne église abbatiale de la Madeleine

La fondation de l'abbaye de la Madeleine remonte au début du XIIe siècle avec l'installation de chanoines réguliers de l'ordre de Saint-Augustin. L'église est alors totalement reconstruite dans le courant du XIIe siècle pour être en adéquation avec son nouveau statut d'abbatiale, c'est le grand édifice roman que l'on peut admirer actuellement. Le choeur a quant à lui été reconstruit au début du XVIe siècle suite à l'effondrement du choeur et du très grand déambulatoire qui en faisait le tour et qui n'existe plus actuellement, l'église mesurait alors environ quatre-vingt mètres de long contre une cinquantaine de mètres aujourd'hui.

La façade principale au nord était ornée de 13 à 14 grandes statues supprimées à la Révolution. La pose de vitraux à la fin du XIXe siècle a permis de redécouvrir le très beau portail sud qui fut longtemps dissimulé derrière le rempart de la ville de la fin du XIIIe siècle, et qui contrairement à la façade nord a conservé de magnifiques voussures sculptées du XIIe siècle.

Les vestiges archéologiques de précédentes églises ont été découverts sous le choeur actuel, notamment l'abside d'une l'église carolingienne datant de la toute fin du IXe ou du Xe siècle et qui était dotée d'un des premiers chevets à déambulatoire connus. Les soubassements d'une petite chapelle axiale y présentent encore des traces de peintures polychromes qui furent ajoutées à la fin du XIe ou au début du XIIe siècle.

L'édifice est restauré après la Seconde Guerre mondiale. L'église est en effet totalement dévastée le 15 juin 1940 lorsque le quartier s'embrase pendant toute une nuit suite à un bombardement de l'aviation allemande. L'aspect intérieur dépouillé depuis cette grande restauration souligne cependant la majesté de l'édifice.

A gauche de l'église se trouvent les anciens bâtiments de l'abbaye reconstruits au XVIIIe siècle dans le style classique.

Ouverture de 8h00 à 20h30

 

L'église Saint-Valérien

Cette belle église romane des XIIe et XIIIe siècles est aisément remarquable grâce à son majestueux clocher d'une cinquantaine de mètres surmonté d'une grande flèche de pierre aux arêtes ornées de choux frisés.

Un beau portail roman du XIIIe siècle présentant un arc trilobé et de profondes voussures sculptées aux motifs géomètriques permet d'accèder à l'église. Les voûtes de la nef retombent sur des colonnes engagées ornées de grotesques et le bas-côté sud s'ouvre sur une chapelle latérale richement ornée du XVIe siècle. Le choeur est quant à lui éclairé par de beaux vitraux datant de la Renaissance.

Ouverture de 8h00 à 20h30

 

L’église Saint-Jean de la Chaîne

Il s'agit à l'origine d'une église romane très ancienne qui fut considérablement agrandie au XIIe siècle. L'édifice fut par la suite fortement remanié par la surélévation des murs et l'ajout de baies gothiques au début du XVe siècle puis par l'ajout au début du XVIe siècle de portails gothiques et d'un nouveau clocher qui était jusqu'à la Révolution surmonté d'une grande flèche de pierre.

De grands travaux de restauration entrepris de 2007 à 2009 pour la sauvegarde de l'édifice ont également permis de rouvrir la grande baie de la façade occidentale et de faire réapparaître les véritables voûtes de l’église dissimulées depuis le XIXe siècle par de fausses briques en plâtre.

Un grand portail de style gothique tardif érigé au début du XVIe siècle servait auparavant d’accès à l’ancien cimetière qui entourait l’église.

Ouverture tous les jours de 10h00 à 17h00

 

Les vestiges de la chapelle du Champdé

De cette chapelle du début du XVIe siècle dédiée à la Vierge il ne reste plus que la façade occidentale.

Désaffectée à la Révolution en 1791, la chapelle fut ensuite transformée en magasin à fourrage pour la troupe. L'édifice fut incendié par la foudre en 1878 et totalement sinistré. Bien que la chapelle fut classée en 1879 seule la façade occidentale et son clocheton furent consolidés et restaurés en 1887. Depuis lors cette façade tient lieu de portail monumental d'entrée au cimetière du Champdé.

Le grand portail de style gothique flamboyant tardif, au centre d'une façade richement décorée, est composé d'un grand arc en tiers-point et de deux portes jumelles en anse de panier encadrées de contreforts fleuronnés. L’harmonie des proportions, la qualité du travail et le raffinement des décors font de ces vestiges un monument historique à part entière.

Vestiges accessibles depuis le cimetière du Champdé

 

Les vestiges de l'église Saint-Lubin

C'est la plus ancienne église de la ville intra-muros et également la plus vieille église encore visible à Châteaudun. Des fouilles réalisées au début des années 1980 ont permis de trouver sur ce site des traces d'implantations celtiques et gallo-romaines et ont également permis de faire remonter les origines de Châteaudun à la fin du Néolithique.

Cette petite église a été remaniée de nombreuses fois au fil des époques. Certains murs de la nef remontent au IXe siècle, l'abside date du XIe ou du XIIe siècle et la partie occidentale de la nef fut allongée aux XVe-XVIe siècles ce qui explique la présence d'un portail d'entrée gothique avec gâble. L'église a été revendue à la Révolution et démantelée par la suite.

Visible depuis l'extérieur uniquement

 

La chapelle templière de la Boissière

Cette chapelle a été élevée au bord du Loir par les Templiers vers la fin du XIIe siècle lors de la fondation de la commanderie de la Boissière. A la chute de l'ordre du Temple la commanderie, comme tous les autres biens templiers, passe en 1312 entre les mains des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem.

L'intérieur de la chapelle fut entièrement réaménagé pour un usage industriel lors de l'installation d'une imprimerie au XIXe siècle. Elle a cependant conservé à peu de choses près son aspect extérieur d’origine avec ses fenêtres ogivales, ou en plein cintre pour les deux baies géminées du pignon sud qui servaient de clocher.

Visible depuis l'extérieur uniquement

 


Documents en téléchargement
 et disponibles dans les églises de la ville

       

   

 



LEMON Création

VENIR  •  VOIR  •  SÉJOURNER  •  SE DÉTENDRE  •  AGENDA  •  LIENS  •  CONTACT  •  PLAN DU SITE  •  MENTIONS LÉGALES